skip to Main Content
Menu

Nous commencerons par résumer les connaissances actuelles à propos des résultats du traitement psychanalytique, avant d’en expliquer la provenance.

Que savons-nous aujourd’hui ?

En combinant et comparant les résultats de nombreuses études portant sur diverses méthodes, on estime aujourd’hui que les traitements psychanalytiques sont au moins aussi efficaces, et très souvent plus efficaces, que les autres approches du point de vue des bienfaits à court et à long terme, et de l’amélioration qui continue à augmenter longtemps après la fin du traitement. (Voir l’étude intitulée « Empirical Status of Psychoanalytic Treatment »)

Au cours des dernières décennies, on a régulièrement comparé les traitements psychanalytiques à d’autres méthodes. Celles-ci comprennent généralement des cures parlées plus courtes et plus « ciblées » (p. ex., thérapie cognitivo-comportementale [TCC], thérapie comportementale dialectique [TCD], thérapie interpersonnelle [TIP]) et la pharmacothérapie par antidépresseurs ou autres tranquillisants pour traiter les symptômes d’anxiété.

Pour quiconque envisage d’entreprendre un traitement psychanalytique, la question d’un résultat positif est tout à fait légitime, compte tenu de l’investissement considérable en temps et, généralement, en argent, qu’exige ce type de traitement.

Les cliniciens psychanalystes avaient depuis longtemps une grande confiance dans leur travail. Malheureusement, la question des résultats du traitement psychanalytique a fait l’objet de vives controverses au cours des dernières décennies. Deux causes sont à l’origine de cette situation : premièrement, la difficulté inhérente de mener des études sur ce qui constitue avant tout une pratique thérapeutique privée et confidentielle; deuxièmement, une certaine hostilité à l’égard des notions et théories qui éclairent la pratique de la psychanalyse. Par ailleurs, l’apparition d’un nombre croissant de médicaments visant à traiter l’anxiété et la dépression, de même que les comportements obsessifs-compulsifs, a ouvert la voie à des méthodes de traitement plus courtes et moins approfondies.

Comme nous l’expliquons dans la plupart des sections de notre site Web, le traitement psychanalytique est axé sur la relation entre l’analyste et le patient, et sur son évolution.

Ces dernières années, divers groupes de recherche ont mené des études d’une complexité croissante sur les résultats des traitements psychothérapeutiques. Ces études sont parvenues, dans une large mesure, à corriger beaucoup des lacunes reprochées aux études antérieures, et à apaiser les craintes de nombreux analystes quant à l’intrusion dans l’espace privé de la thérapie que les méthodes de recherche pourraient impliquer. [Si vous envisagez d’entreprendre un traitement psychanalytique, soyez assurés que la confidentialité demeure garantie.]

En outre, les méthodes modernes d’évaluation statistique ont permis d’établir des comparaisons plus pertinentes entres les études portant sur les résultats de différentes méthodes de traitement.

Par conséquent, si vous vous engagez dans un traitement psychanalytique intensif et à long terme avec un thérapeute dûment formé à la pratique clinique de la psychanalyse, vous avez de très bonnes chances de parvenir à résoudre les problèmes qui vous ont amenés à consulter en premier lieu. Cela exigera néanmoins du temps et un solide engagement, tant de votre part que de celle de votre thérapeute.

(Cette section est un condensé tiré de la documentation de l’API.)

Back To Top